Ressources génétiques Conduite d'élevage

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La conduite de l'élevage pastoral ovin de l’oriental (Race Beni Guil)

Conduite alimentaire

Au niveau de cet écosystème on distingue trois systèmes de production définis selon l’importance du recours à la supplémentation (Elevage pastoral ovin à l'oriental, INRA & gtz; Maï 1993):

• Système extensif faisant appel à la complémentation à concurrence de 20 % seulement des besoins des animaux (commune de Tendrara et Bouarfa).
• Système semi-extensif ) semi-intensif faisant appel à la luzerne, à la céréaliculture et aux aliments concentré à hauteur de 30 à 40 % (commune de Aïn Beni Mathar, Mrija et El Ateuf).
• Système semi-intensif à intensif recourant à la complémentation à hauteur de 60 % des besoins des animaux (commune de Oulad Sidi Abdelhakem).

Dans les trois systèmes, les ressources alimentaires sont pratiquement les mêmes. Elles consistent en des ressources pastorales, en des produits et sous-produits des cultures (luzerne et chaume), en l’orge subventionné ou acheté sur le marché libre, en son et à un degré moindre en concentré. Soulignant, que les parcours sont fréquentés durant toutes l’année. Leur contribution à la satisfaction des besoins des animaux est en moyenne de 67 %.
Il est à noter, que les brebis sont supplémentées peu avant la mise bas et pendant les 2 à 3 premières quinzaines de lactation à des degrés divers selon les systèmes de production et en fonction du niveau de richesse de l’éleveur.
Les jeunes ne sont séparés de leurs mères que pendant les 3 ou 4 premières semaines suivant la mise bas et seulement pendant le jour. En année difficile on leur distribue un peu de concentré (Elevage pastoral ovin à l'oriental, INRA & gtz; Maï 1993).

Le calendrier alimentaire ci-dessous nous explique au mieux la conduite alimentaire des éleveurs du Maroc Oriental (Elevage pastoral ovin à l'oriental, INRA & gtz; Maï 1993):

Critères Jan Fév Mar Avr Mai Jun Jui Aou Sep Oct Nov Dec
Parcours Armoise    

++

 

+++

oo

+++

oo

+

 

+

 

   

+

 

+

 

 
Parcours Alfa

++

oo

++

oo

+

oo

+

oo

+

oo

+

oo

 

oo

 

oo

 

o

 

o

++

o

++

o

Parcours Atriplex

+

 

 

+++

oo

 

oo

+++

 

 

 

++

o

 

o

+

o

 

+

o

 

oo

Chaumes         + +  + +  + +         
Forêts
Existe uniquement dans la CR El Ateuf et est généralement fréquenté par des troupeaux à dominance caprine

-Orge

 

-Son

++

ooo

++

ooo

+

oo

+

oo

 

o

 

o

     

 

o

 

o

 

o

 

o

 

o

 

o

+

o

+

o

++

ooo

++

ooo

++

ooo

++

ooo

Aliment composé

+

oo

+

o

               

+

oo

+

oo

-Luzerne

-Paille

-sel

 

+

+

 

 

 

 

 

++

+ ++ ++ + + + +

 

+

+

 

++

++

Période de soudure +++ ++                 ++ +++

+ : année bonne ; o : année sèche

Conduite de la reproduction

La présence du bélier avec le troupeau fait que la lutte n’est contrôlée dans aucun des systèmes décrits précédemment. En année favorable, vu les disponibilités fourragères, un pourcentage notable de brebis est lutté en fin d’automne conduisant à un pic d’agnelage en fin mai. En année difficile, la plupart des brebis sont plutôt luttées en printemps entraînant un pic des naissances en octobre/novembre pour les précoces et en mars/avril pour les rattrapages.
Les éleveurs pratiquent une sélection des animaux à retenir pour la reproduction selon des critères empiriques, à savoir la conformation générale (aplombs, hauteur au garrot, profondeur de la poitrine), les caractères parentaux (production laitière, prolificité, ….), la réaction à l’alimentation (gain moyen de poids) et enfin la qualité et densité de la laine (Programme Viandes Rouges, Mai 1993).
La technique de sevrage dépend principalement des conditions climatiques de l’année et de la catégorie de l’éleveur. En effet, en année favorable, les jeunes sont échangés entre troupeaux pour être sevrés ; en année difficile, c’est ’’le souk qui serve’’ (Elevage pastoral ovin à l'oriental, INRA & gtz; Maï 1993).

Contraintes

Au niveau du Maroc Oriental, une sous-alimentation et une faible productivité du cheptel ont été reconnues. Les causes en sont nombreuses.
Selon un diagnostic réalisé par l’équipe Viandes Rouges du centre régional de la recherche agronomique de l’Oriental à Oujda, quatre catégories de contraintes ont été dégagées :
•La faible productivité des parcours à cause des conditions climatiques arides, la forte désertisation et le défrichement. Donc, une faible contribution des pâturages dans la ration.
• La non maîtrise des techniques de complémentation. Ceci est du à la faible diversification de la complémentation (orge et son), à la faible utilisation du C.M.V, ainsi qu’à la disponibilité insuffisante des concentrés sur le marché.
• La mauvaise conduite de la reproduction.
• L’érosion qui contribue dans le processus de la dégradation des parcours
(Elevage pastoral ovin à l'oriental, INRA & gtz; Maï 1993).

[Page d'accueil] - [Plan du site] - [Page précédente]